spot_img
spot_img
spot_img
spot_img

BEPC, BEP et CAP 2022 : Un taux de succès légèrement en hausse

L’examen du BEPC 2022 a livré ses résultats le vendredi 10 juin dernier. Selon les chiffres communiqués le 17 juin par le ministère en charge de l’éducation nationale, le taux de réussite sur le plan national est de 41,62% dont 38,34% de filles et 41,12% de garçons. Des résultats qui ont connu une hausse de 13,88% par rapport à la dernière session. En 2021, le Burkina Faso a enregistré un taux de succès de 27,74%.

Tout comme l’année dernière, la région du Sahel est la région qui arrive en tête en réalisant 53,37%, soit le taux de réussite le plus élevé. Elle est suivie du Sud-ouest avec 46,65%. La région du Centre, présente un taux de succès de 42,21% dont 40,07 filles et 45,61% de garçons. Quant au Centre-nord, les résultats sont moins bons.

Cette région a obtenu un taux de succès de 37,89%. Concernant les examens de l’enseignement technique et la formation professionnelle (BEP et CAP confondus), on note un taux de réussite global de 69,73%. Des résultats qui ont également connu une légère hausse de 6,34% par rapport à la session de 2021.

Les résultats au BEP toutes filières confondues sont de 54,81% et le CAP, 77,47%. Si ces résultats sont à saluer, il faut désormais se tourner vers la prochaine session en prenant déjà toutes les dispositions nécessaires pour une rentrée scolaire 2022-2023 réussie sur l’ensemble du territoire national.

Situation sécuritaire                                                         

Plus de 2 000 000 de personnes privées de soins au Burkina

Face à la presse le 7 juin 2022, le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale a décrié « les conditions de travail “catastrophiques” des agents, particulièrement dans les zones à fort défi sécuritaire et dénoncé l’indifférence des autorités burkinabè ».  Au cours de cette sortie médiatique, le SYNTSHA a indiqué que depuis fin mars 2022, 532 formations sanitaires étaient touchées par l’insécurité. Et de préciser que 179 de ces formations sanitaires sont fermées tandis que les 353 autres fonctionnent à minima. Une situation qui prive en conséquence plus de 2 000 000 de personnes de soins au Burkina. Il faut donc vite agir car l’accès aux services de santé est un droit fondamental pour tout être humain.

Drame de Perkoa

Le dernier corps enfin retrouvé Les recherches pour retrouver les mineurs disparus dans la mine souterraine de Zinc de Perkoa dans la province du Sanguié, région du Centre-ouest, se sont achevées. Tout comme les sept autres, le dernier corps a été retrouvé sans vie. « Le corps du dernier mineur disparu suite à l’inondation de la mine souterraine de Perkoa a été retrouvé après 66 jours de recherches », aannoncé le gouvernement dans un communiqué publié le 20 juin dernier. Disparus le 16 avril 2022, ils n’avaient pas été retrouvés dans la chambre de refuge où ils étaient censés s’abriter en cas d’inondation. Six des huit mineurs sont de nationalité Burkinabè et les deux autres sont Tanzanienne et Zambienne. La mine de Perkoa est la seule mine de zinc au Burkina Faso. Elle est détenue à 90 % par la société canadienne Trevali Mining Corporation et à 10 % par l’État burkinabè. Passé ce drame, il faut une enquête indépendante pour situer clairement les responsabilités et d’en tirer toutes les

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

- Advertisement -spot_img

Publicité

- Advertisement -spot_img

Publicité

- Advertisement -spot_img

A ne pas manquer

Vous ne pouvez pas copier le contenu de cette page