Mali : les djihadistes font la leçon à la CEDEAO

Publié le mardi 3 juillet 2012

Les djiadistes du MUJAO ont pris les choses en main dans le nord du Mali. C’est bien triste ! Sommes-nous tentés de dire. Et le Choléra libéra le nord du Mali de la Peste ! Le mercredi 27 juin, dans cette partie de l’Afrique de l’Ouest, des combats ont opposés le MUJAO au mouvement laïc qu’est le MNLA. C’est bien une leçon que celui-ci vient de donner à la CEDEAO, qui à la recherche de solutions dans ce pays coupé en deux, n’avait pas trouvé mieux à faire que d’aller de sommet en sommet et de dédites en dédites. Atermoiement et louvoiements ont laissé le Mali à sont propres sort en attendant le met qui sortira de la cuisine secrète du capitaine Compaoré, expert en médiation. Celui, bien qu’ayant essuyé une cuisante défaite sur le dossier n’a pas signé sa reddition. La débandade d’un ses interlocuteurs, le MNLA, est bien un pied de nez à lui faire dans sur ce dossier.

une vue de la zone sous contrôle (plus foncée)

Le MUJAO contrôle le terrain

En effet, selon un policier de la ville de Gao dont les propos ont été évoqué par nos confrères de Jeune Afrique, « le Mujao contrôle actuellement le terrain. Des prisonniers du MNLA sont au commissariat, d’autres ont fui la ville, d’autres sont morts ou blessés mais c’est la débandade ». Toujours selon la même source, Abou Walid Sahraoui, porte-parole du MUJAO confie, « Nous avons pris le palais du gouverneur (qui servait de quartier général du MNLA pour tout le nord du Mali) et la résidence de Bilal Ag Chérif, secrétaire général du MNLA, qui a fui avec ses soldats » et qui, au dernières nouvelles serait blessé et aurait été évacué à Ouagadougou pour des soins.

Après avoir perdu Tombouctou, contrôle par les islamistes de Ansar Eddine, c’est au tour de Gao faire les frêts de l’engagement des islamistes à faire de la région, une dans la quelle, la Charia est appliqué. On se rappelle qu’en mai c’est le MUJAO qui avait empêché des jeunes de jouer au football et de regarder la télévision et de fumer. Et, ceci avait de violentes manifestations anti-islamistes, qui avaient fait des blessés. C’est dire si le nord du mali est devenu une « Charia land ». C’est un bye-bye le MNLA et la CEDEAO devrait faire face à un nouvel interlocuteur, elle qui ne savait pas s’il fallait par la force ou non libérer ce pays a de bonnes raisons pour se racheter. C’est le bon moment au jamais !

Wilfried BAKOUAN