L’Ignominie des Hommes

Publié le vendredi 26 septembre 2014

Le samedi 20 septembre a été une grande date pour le CDP et ses
affidés de la presse publique. On avait cru les hommes de pouvoir
capables de tout sauf à franchir le pas « des journalistes CDP ». Ils étaient à cette date à Ziniaré pour une réunion des « Journalistes CDP des rédactions ».

Nous y sommes déjà ! Le contrôle des différents segments de
l’administration est en marche. Selon nos informations, c’est le
ministre Alain Traoré lui-même qui a dirigé cette rencontre. Quel en ont
été les objectifs ? Malheureusement aucun des courageux qui y étaient
ne pourra le dire. Place donc aux analyses.

Cette posture dévoyée du journaliste est un dérapage non seulement
dans le corps, mais une source de conditionnement volontaire de
l’information qui pourra être servie dans les canaux de l’information
publique par ceux qui se réclament « Journalistes CDP des rédactions » : les médias publics.

La formule de Mame Less Camara, journaliste sénégalais et président du tribunal des pairs du Sénégal résume bien l’évidence : « le
journaliste doit toujours avoir en tête qu’il est à la fois un homme et
un journaliste. Un homme au sens qu’il peut avoir un passé commun ou
une passion commune avec des hommes politiques : alors on ne peut pas
décréter qu’il ne doit pas y avoir d’amitié entre eux ; un journaliste
au sens où il doit obéir à certaines règles déontologiques : alors, il
doit identifier et neutraliser la tentation de céder aux « affects ».

Là dans le cas de ces « J.CDP », il y a des questionnements
sur les intérêts qui mobilisent : les voyages juteux (les voyages
présidentiels avec Blaise à…Singapour ; aux USA ; Emirats Arabes Unies ;
à Cuba) ?

A coup sûr, pour ces sorties, n’importe qui ne suit plus le
président. La liste des voyageurs présidentiels est élaborée à la grande
discrétion du red-chef qui lui aussi a des exigences, soit de la carte
du parti, soit de la loyauté envers lui.

Ce qui fait que hormis les sortie sportives, les autres appartiennent à un cercle fermé des Journalistes. « Gombo » ? Certainement que ça peut y contribuer au regard de la gestion même de ces EPE.

Ce ne sont pas des malversations qui y manquent. L’affaire des véhicules de la RTB ne contredira pas cette affirmation.

La Démocratie est impossible sans les médias. Du fait que le commun
des citoyens n’a pas par lui-même accès aux données permettant le
contrôle de l’action publique, le travail des journalistes permet de
donner une sorte de vie à la démocratie. Là on peut lui trouver un rôle
politique.

Que veut-on faire avec des journalistes CDP ?

Pendant longtemps, notre administration a été polluée avec les ABC,
puis les clubs d’étudiants et d’élèves des grandes écoles (ENAM) CDP.
Cette déliquescence n’avait pas encore atteint la presse pour le rôle
qui lui est dévolu, décrit plus haut.

Avec cette réunion de Ziniaré, c’est un pas important et dangereux
qui vient d’être franchi. Les autorités du ministère, Alain Edouard
Traoré notamment avait démenti vivement quand le SYNATIC avait protesté
contre l’immixtion dans le traitement de l’information dans les médias
publics.

Avec cette connexion entre le politique et les rédacteurs désormais
appelés J-CDP, l’aveu est de taille. L’immixtion est plus qu’existant,
c’est un fait.

Maintenant il faut se demander ce qui peut se passer ? La dernière grève du SYNATIC du 16 juillet 2014 avait permis de « démasquer des briseurs de grèves ». Serait-ce eux qui ont été constitués en J.CDP ?

Par Wilfried BAKOUAN