Rio+20 : appel à une planète plus écologique

Publié le mercredi 27 juin 2012

Les participants à la rencontre de Rio+20 ont lancé des appels urgents à l’action pour une planète plus écologique. Outre cela, la principale préoccupation des pays africains a été de savoir quand est-ce que les pays développés vont cesser de parler et de promettre pour enfin passer au concret, c’est-à-dire délier la bourse » se demande Aimé Nianogo, Directeur régional du programme Afrique centrale et occidentale (PACO) à l’Union internationale pour la protection de l’environnement basé à Ouagadougou


Toutefois, la crise financière avec le chômage comme corollaire, les pays occidentaux seront encore plus avares en termes de respect de leurs promesses financières. La mal-gouvernance dans nombre de pays africains n’est pas pour encourager ces pays au respect de leurs engagements financiers.

Pour M. Nianogo, investir dans la nature, « c’est garantir le bien être à long terme des populations. Sans compter les autres services rendus par les écosystèmes. » Ces autres services sont entre autres : la recharge des nappes d’eau, la prévention des inondations, la purification naturelle de l’eau, l’eco-tourisme.

A cette conférence de Rio, les présidents africains ont délégué Denis Sassou Nguesso, président du Congo-Brazzaville comme porte-parole de l’Afrique. Ce dernier a suggéré à Rio le renforcement du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).

 L’indice vert, instrument de mesure de la prospérité

Pour l’ONU, les grands pays émergents comme la Chine, l’Inde et les Etats-Unis sont les pays qui causent le plus de dégâts à la nature. C’est l’indice vert qui a permis à l’Onu de faire cette affirmation. Cet indice mesure non seulement la richesse économique des états mais également leur capital naturel. L’indice vert a été présenté a l’occasion de la conférence sur le développement durable Rio+20. Il mesure l’état de la richesse du pays et la durabilité de sa croissance à long terme. Or, le PIB et l’Indice de développement humain sont des outils mesurant le court terme. 

L’indice vert ou IWI montre que les pays ayant des hausses du produit intérieur brut -PIB et l’indice de développement humain –IDH, connaissent une dégradation rapide des ressources naturelles. De ce fait, l’indice se positionne de plus en plus comme l’outil de mesure de la prospérité en ce 21e siècle.

. Ramata SORE