Droit de reponse : L’intellectuel et les « Fous » de Dieu

Publié le vendredi 16 novembre 2012

Dans votre rubrique « Focus Africa », abordant le thème de la Religion, un sujet très sensible, votre article La lettre et l’esprit, parut dans L’Evénementn°243 du 10 Octobre 2012, m’interpelle en tant qu’intellectuel. J’aurai pu me taire si cet article était l’œuvre d’un fanatique religieux ou d’un « fou » de Dieu comme vous le dites. Mais il est l’œuvre d’un intellectuel et c’est pourquoi il m’interpelle.

Vous prétendez ne pas vouloir vous attaquer aux musulmans. Et pourtant, c’est bien ce que vous semblez faire. En effet, malgré des acrobaties, malgré des gymnastiques lexicales descendantes et ascendantes, vous finissez par ôter votre masque lorsque vous dites : « loin d’amener les hommes à leur religion en les torturant, en coupant des mains et des pieds, en lapidant à mort publiquement, jamais les musulmans ne réussiront à faire de tous les hommes des musulmans ; au contraire ils les révolteront ! ». Soumettre le monde à sa volonté, à une logique existentielle, noble ou utopique soit-elle, n’est pas une invention des Musulmans encore moins des Islamistes. C’est le but poursuivi par tous ceux, organisations et individus, qui se croient investis d’une mission civilisatrice. Je vous recommande à ce propos la lecture du livre : L’OCCIDENTALISATION DU MONDE de Serge LATOUCHE. Ce qui rend un tel idéal dangereux et inacceptable ce sont les méthodes utilisées par les porteurs de tels projets.

Que les djihadistes qui sont de l’autre côté de notre frontière avec le Mali, en Afghanistan, au Pakistan, au Nigeria et je ne sais où encore, coupent des pieds ou des bras, lapident ou tuent au nom de Dieu, ne peut expliquer le fait que l’on traite tous les Musulmans de personnes « égarés dans les ruines des religions de l’intolérance, des spiritualités frelatées, des spécialistes du reniement de soi ». A vous lire, tous les Musulmans sont des « égarés » et l’Islam est une religion d’ « intolérance ». De tels propos qui sentent le soufre, puent le mépris et la haine ne sont pas dignes d’un intellectuel, d’un homme d’expériences et de cultures soucieux du bien vivre ensemble.

Je ne vous apprends rien si je vous rappelle que ce sont des intellectuels et des journalistes qui ont théorisé et justifié l’ivoirité en Côte d’ivoire et le génocide au Rwanda…Que des mômes fassent des amalgames entre l’Islam et l’Islamisme, entre Musulmans et Djihadistes, cela peut se comprendre. Car comme le dit la sagesse Africaine, un enfant porté au dos ne peut mesurer la distance réelle parcourue par la personne qui l’a portée. Dans ce cas, il est de notre devoir de lui expliquer les choses, de lui dire la vérité. Mais lorsque ceux qui savent, s’adonnent à un tel exercice, il y a de quoi être inquiet.

Je suis d’accord avec vous que les religieux traitent les fidèles comme des gens qui ne méritent pas de connaitre la vérité. Mais ne dit-on pas que qui ne dit mot, consent ! Bref, je laisse le soin aux responsables religieux de vous répondre. Notre Pays vient de tenir une Conférence Nationale sur la Laïcité (Du 27 au 29 Septembre 2012) et par delà l’objectif visé par le gouvernement, j’ose croire que c’est pour préserver notre Pays des affres de l’intolérance religieuse. Evitons de jouer au pyromane en incitant à la haine et au mépris de l’Autre. Il faut éviter de confondre l’Islam et l’Islamisme, surtout dans un Pays où il y a des Musulmans et dans un monde ou il y a environ un milliard et demi de Musulmans. L’Islam est une religion qui prône la soumission à Dieu et non à un gourou ou à un groupuscule. Elle n’est pas une idéologie, mais un ensemble de principes et de pratiques valables pour celui qui l’accepte. Les Musulmans du monde n’ont pas de commandant en chef. Ils ont des symboles forts comme La Mecque, Médine, Le Coran et des personnalités de référence : Abraham, Jacob, Moïse, Jésus, Mahomet… Tout comme le Judaïsme, le Christianisme, l’Animisme, le Bouddhisme…, l’Islam offre un sens à la vie. Mais Il n’est pas tout le sens de la vie. Il est tout le sens de la vie pour celui qui croit en Lui. Mais pour celui qui ne croit pas en Lui, Il offre une possibilité parmi plusieurs possibilités.

Evidemment, toute religion, à l’image de toute tradition, y compris la tradition Africaine (dont vous êtes fière) est une structure totalitaire. D’où les risques de déviations et les conflits de générations de toutes sortes. Si la Religion et les Droits de l’Homme sont en contradiction, c’est parce que l’homme religieux est constamment orienté vers le monde invisible. Pour l’homme religieux, « Dieu n’est pas connu, il est utilisé ». Il ne voit pas Dieu, mais il croit en lui, car il vit avec l’idée de Dieu. Ceci le pousse donc à opérer une rupture avec le monde ici bas. C’est aussi parce que les dignitaires religieux ont déserté les lieux de culte pour investir et envahir l’arène politique. De leur coté, les politiques font de ces derniers des annexes de leur partis. Dieu n’est plus garant des rapports entre politiques et religieux, il est plutôt un moyen utilisé par chaque camp pour atteindre des objectifs. La religion est devenue un moyen de continuation de la politique et la politique un moyen de valorisation ou de dégénérescence de la religion. Voilà pourquoi les Croyants et Dieu d’un côté, se retrouvent en conflit avec le Peuple et le Citoyen de l’autre côté. Par conséquent, l’Islamisme est une idéologisation de l’islam et non une religion. L’Islamisme à l’image de tout fanatisme ou de tout intégrisme religieux, témoigne de ce que là ou il y a des intérêts, Dieu devient un instrument pour vaincre ou périr et non pour sauver des âmes.

Tout intellectuel sait qu’il existe des abîmes entre les dires des révélateurs des grandes religions et les interprétations de la postérité. Vous savez mieux que moi, que pour tout idéologue, l’idéologie justifie tous les moyens. N’admettons nous pas qu’il est difficile de soigner une personne qui refuse d’admettre qu’elle est malade ! Le rôle de l’intellectuel que vous êtes, est de montrer à ceux qui ne savent pas, comment un Etre humain peut être amené à couper des mains, à couper des pieds ou à tuer d’autres Etres humains sans éprouver ni peine, ni compassion, ni regret. De telles monstruosités ne sont pas le fait d’une religion, elles sont des inhumaines possibilités humaines. Un Etre humain en arrive là, parce qu’on lui a fait un lavage de cerveau, parce qu’il a été endoctriné, parce qu’il à été fabriqué et programmé pour cela. Tout Musulman sait que l’Islamisme est une menace pour lui. Pour preuve, les victimes au Mali sont aussi des Musulmans à qui on reproche leur modération. Dites vous que des Musulmans ont risqué leur vie pour tenter de sauver la vie de l’ambassadeur américain contre les djihadistes à Bengazi.

Pourquoi voulez vous tenir le Prophète des Musulmans pour responsable du comportement de tous les Musulmans alors qu’il signifia aux Musulmans qu’il ne doit exister aucune contrainte en Religion ! C’est comme si Israël décidait de considérer tous les Allemands comme des dangers pour l’épanouissement des Juifs à travers le monde, à cause des barbaries de l’idéologie nazie d’Adolphe Hitler. Le Prophète de l’Islam, à ce qu’on sache, n’était ni un Dieu, ni un gourou, mais un simple homme avec ses forces et ses faiblesses. Aucun écrit ne souligne qu’il ait institué un culte de sa personne ou qu’il ait cédé à la déification de sa personne. Les textes anciens attestent que lors de son dernier serment sur le Mont Arafat, Il était triste à l’idée que les déviations en Islam terniront l’originalité du message islamique. Les écrits et les témoignages le concernant attestent même que son Oncle Paternel, celui qui a tout fait pour lui, dans la mesure où Il était Orphelin, est mort sans être Musulman. Nulle part, il n’est écrit qu’il l’obligea à se convertir à l’islam, ou qu’il lui coupa les mains ou les pieds. Les femmes dans le monde Arabe lui doivent la vie dans la mesure où c’est lui, qui, avec l’Islam mettra un terme à cette vieille tradition Arabe qui consistait à enterrer vivant l’enfant de sexe féminin. Que les Arabes continuent de maltraiter les femmes, ne signifie pas que tous les Musulmans sont des négateurs des droits de la femme. Sa première femme était plus âgée que lui. Consulter les documents à son sujet, vous découvrirez qu’il a autorisé de son vivant, la célébration d’une Messe dans sa Mosquée. Dans ses familles, tant Maternelle que Paternelle, il y avait des non Musulmans et jamais ils n’ont été mis à mort, ni par lui, ni par ses compagnons. Je vous rappelle que lorsqu’il revint à la Mecque, il n’ordonna aucune vengeance. Ici au Burkina-Faso, comme partout à travers le monde, les Musulmans vivent, travaillent et se marient avec des non Musulmans. Partout dans le monde, comme ici au Burkina-Faso les Musulmans ont dans leurs familles ; proches, lointaines ou alliées des non Musulmans. Partout dans le monde comme ici au Burkina-Faso, des Musulmans, souvent même des Imams ont leurs enfants qui quittent l’Islam pour épouser d’autres religions, pour devenir pasteurs même. Faites un tour dans les mosquées et demandez aux Imams, si c’est en menaçant les gens de leur couper les pieds ou le bras, qui les poussent chaque jour à venir se convertir à l’Islam. Oui, rien ne justifie la violence, mais il faut éviter de donner l’occasion d’être violent. Ces caricatures à répétition du Prophète de l’Islam et ce film anti-islam, peuvent aussi être considérés comme l’œuvre de personnes qui rêvent d’un monde débarrassé de l’Islam et donc de tous les Musulmans…Le rôle de celui qui sait, est d’éviter de confondre La lettre et L’esprit. Vous le dites si bien lorsque vous dites qu’il y a une « différence entre ceux qui réfléchissent sur la religion et ceux qui se contentent de l’appliquer ». L’intellectuel doit se convaincre, même avec ses propres convictions religieuses (héréditaires, ancestrales ou révélées), qu’il ne saurait y avoir de hiatus entre les exigences de la Religion et celle de l’Etat de droit. La Religion tout comme la Politique est l’art de gérer la cité et le monde en élevant le respect de la personne humaine au fondement de l’action humaine. La Politique ne saurait avoir pour finalité ultime de dresser l’humanité contre l’humanité. Aussi, toute Religion qui dresse l’homme contre l’homme est une négation de l’idéal divin qui fait de l’homme une valeur absolue et sacrée, si l’on considère que toutes les religions révélées font de l’Avortement un crime. C’est en cela qu’il faut comprendre et accepter la diversité religieuse, mais aussi l’attitude du non croyant. Si Dieu parle aux cœurs des hommes, il peut aussi parler à leur raison. Et c’est cela le devoir de l’intellectuel, faire en sorte que la raison guide et éclaire l’homme religieux et l’homme de façon générale.

 

Souleymane SAWADOGO

E-mail : sawadsouley@yahoo.fr

Cel : 76 72 44 03


EN RAPPEL, voici l’Article de Bétéo Nebié dans l’Evé N° 243

Religions
La lettre et l’esprit

Il est une réalité que j’essaie en vain de comprendre. Et pourtant la chose me taraude depuis longtemps. Il s’agit de la manière dont les religieux les plus avertis cachent la vérité de leur religion au commun des mortels ! Bien sûr qu’on ne peut tout dire à tout le monde tout de suite, surtout si les gens n’ont pas encore le minimum pour appréhender la vérité. Bien sûr que tout le monde ne peut pas gérer les réalités complexes avec la même hauteur de vue, ce qui est toujours nécessaire dans des choses complexes comme la spiritualité, la froideur de la réalité, la laideur de certaines actions relatives à des personnes vénérées ou à des époques difficiles dans la mise en œuvre de chaque foi religieuse ! Tout cela est vrai. Qu’en est-il cependant lorsque la religion devient une grave entrave à la cohésion sociale, et que les leaders restent cois  ? Qu’en est-il lorsque pour des ambitions de leadership, des actes contraires au mieux-être de l’être humain, sont commis ? Que devrait-il en être lorsque visiblement les malheurs et les douleurs des multitudes prennent des proportions inquiétantes ?

On reste toujours estomaqué lorsqu’on voit de nos jours ce que des musulmans causent comme dégâts de tous genres, ou lorsque des vies humaines innocentes sont prises par des fanatiques… et que des dirigeants musulmans qui sont censés être plus versés que le commun des mortels dans les méandres de l’Islam, se contentent d’affirmer la main sur le cœur que " L’islam est une religion de la tolérance. " ! C’est quoi la tolérance lorsqu’on décide brusquement que parce qu’on est persuadé que l’Islam est la " meilleure religion de la terre ", tout le monde entier doit devenir musulman ! Qu’on se mette à tirer sur tout ce qui bouge pour forcer tout le monde par la peur à se présenter comme musulman ! C’est quoi la tolérance lorsqu’à la moindre égratignure de sa foi, on devient fou furieux au point de s’imposer le devoir d’assassiner tout sur son passage, sans le moindre égard pour les plus faibles de la société, les femmes et les enfants notamment ? C’est quels genres de musulmans tolérants qui coupent des mains et des pieds, qui assassinent les fautifs de délits ou de crimes, exactement comme au temps du prophète ? Est-on certain que si Mohamed revenait sur terre aujourd’hui en 2012, il adopterait toujours les mêmes dispositions qu’aux temps de l’Hégire ? Certaines législations en son temps ont amené les gens à apprécier positivement les règles islamiques comme de véritables progrès dans le traitement de l’être humain (traitement de la femme, des lois barbares de l’époque, etc.). Ces dispositions doivent-elles être pour autant rigides jusqu’à la fin des temps ? L’erreur est commune surtout au niveau des religions révélées, de croire qu’une loi ou une règle divine édictée est définitive. C’est ici que se fait la différence entre ceux qui réfléchissent sur la religion et ceux qui se contentent de l’appliquer. Si une loi qui est d’essence divine est éternelle en effet, il faut cependant faire la différence entre sa lettre et son esprit. Si celui-ci est éternel, celle-là est relative au temps, aux contacts entre humains, aux influences des autres religions, au niveau du progrès scientifique, etc.

Qu’on ne s’y trompe pas, ce que je viens de dire concernant l’Islam, est tout à fait valable pour les deux autres " religions révélées ". Il ne s’agit donc pas ici d’une attaque contre l’Islam ! De toute manière, il faut savoir que de tous les hommes, les Africains sont parmi ceux qui n’ont jamais jugé un homme par rapport à sa foi ou à sa religion ! On parle ici naturellement des Africains qui ont comme valeur la tradition (ce que je m’efforce d’avoir), et non pas du tout de ces égarés dans les ruines des religions de l’intolérance, des spiritualités frelatées, des spécialistes du reniement de soi.

Samory Touré aurait un jour affirmé : " Quand un homme refuse, il dit NON ! ". Loin d’amener les hommes à leur religion en torturant, en coupant des mains et des pieds, en lapidant à mort publiquement, jamais les musulmans ne réussiront à faire de tous les hommes des musulmans ; au contraire ils les révolteront ! Car à un moment ou à un autre de leurs tourments, les hommes seront amenés toujours à dire : " NON ! ". Les Africains n’ont-ils pas bon dos d’affirmer : " C’est un non-sens quand un singe croit insulter son semblable en lui disant que ses yeux sont engoncés ! " ?

(neb_beteo@yahoo.fr)




Commenter l'article (10) envoyer l'article par mail envoyer par mail