Etalons : Révolution, c’est un leurre

Publié le dimanche 3 juin 2012

Très sagement, Paul Put a décidé de faire dans la continuité. La liste des Etalons convoqués pour le match amical contre le Bénin et le premier match comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2014 n’annonce pas le tremblement de terre promis. Fort heureusement d’ailleurs !

 

Imaginer une sélection burkinabé délestée de 50% même de son effectif de la CAN passée nous paraîssait un leurre. Le nouveau maître à penser des Etalons du Burkina a rendu public sa première liste. Le premier constat est que sur une liste de 24 noms, il n’y a que 5 noms plus ou moins habituels des listes de Duarté qui ont disparu. Pas de quoi provoquer un séisme ! Grave, ce ne sont, en vérité que de petites légumes qui sont tombées. Mis à part le capitaine Mahamoudou Kéré, le nettoyage annoncé n’a pas eu lieu. Encore que même là, Kéré a décidé de lui-même de prendre sa retraite internationale. A côté du désormais « ex-capi », il manque sur la liste de Paul Put Narcisse Yaméogo, le fétiche de Duarté, Aristide Bancé, l’éternel réserviste, Adama Sawadogo, le gardien numéro 3, Issiaka Ouédroago, qui n’était qu’à l’essai les derniers mois du coach Portugais. Le retour de Abdoulaye Soulama, le portier pourrait être la retouche majeure du coach Belge. Mais faut-il encore qu’il soit titulaire. Une grande interrogation existe. Le changement promis va venir d’où ? Pour l’heure, la seule révolution notable s’est effectuée sur le banc de touche ! On a changé des visages qu’on n’a pas l’habitude de voir sur le terrain. Les nouveaux visages qu’on ne verra pas non plus fréquemment sur la pelouse ont été intégrés au sein de la sélection nationale des Etalons. Autant dire qu’il sera difficile de sentir l’injection de sang neuf. Même le parfum local que le président de la Fédération burkinabé de football chez les A est inexistant. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Convaincu qu’il fallait rebâtir la sélection A des Etalons, le président s’est lui-même lancé dans la recherche de joueurs. Maladroit n’est-ce pas ? Quand le président de la FBF se déplace en Côte d’Ivoire pour faire de la détection, envoyant son vice-président au Ghana pour la même cause, il y a maldonne. Il faut que chacun se contente de faire « son job » pour que les vaches soient bien gardées.

Entre la liste de duarte et celle de Put, la différence est mineure

Le président doit présider, diriger, veiller à la bonne marche de l’administration. L’aspect technique revient aux techniciens. De toutes les façons, l’efficacité d’une telle vision reste à prouver. Car un joueur, bon pour mériter la sélection du Burkina l’est aussi pour son pays d’accueil. Il est difficile pour que son pays d’accueil ne lui fasse pas des yeux doux le laissant pour son pays d’origine. En fait, les joueurs excellents binationaux font l’objet d’une lutte entre les pays concernés. Le pays d’origine le veut, le pays d’accueil aussi. En de pareilles circonstances, la meilleure approche se fait dans la discrétion. Surtout pour le pays d’origine. Au lieu de se déplacer en Côte d’Ivoire et au Ghana, il faut trouver par exemple des relais sur place qui repèrent et démarchent les joueurs. Une mission ne part que pour concrétiser le choix. Il est peut être trop tôt de tirer un bilan des missions. Mais sur la liste de Paul Put, on remarque tout de même l’arrivée du Burkinabé de Côte d’Ivoire, Soumaïla Benen de l’Africa sport. Est-ce que les fruits de la détection ? En tous les cas, le visage des Etalons n’a pas particulièrement changé. Outre Benen, seul le stelliste Bambara Narcisse a été retenu au titre des joueurs locaux. Là encore, c’est du déjà vu sous l’ère Duarte ! Ocansey Mandela, Adama Plange, Issa Gouo tous de la belle équipe de l’ASFA-Y d’antan ont été essayés en classe première des sélections nationales. Cette comparaison nous ramène juste à nos réalités. L’assiette de base des joueurs sélectionnables au Burkina Faso pour défendre les couleurs du pays n’est pas si grande au point de s’offrir le luxe de se passer de certains. Il faut faire preuve d’amateurisme que de penser qu’on peut sortir deux listes des trente meilleurs avec une différence de plus de 6 à 7 joueurs. Paul Put, nous le pensons n’a pas eu tort de s’installer dans la continuité. De toutes les façons, pour nous l’effectif de Duarte n’est pas à l’origine de nos malheurs. Même si « les soldats » choisis pour la CAN 2012 étaient loin d’être dans le petit cercle de l’élite africaine, c’est ce que notre pays dispose de meilleur pour l’heure. Et comme le dicton populaire le dit, « la plus belle demoiselle ne peut donner que ce qu’elle a. » Le nouveau coach des Etalons a fait preuve de sagesse en ne chambardant pas l’effectif trouvé. Il a hérité d’un groupe. N’ayant pas le temps de reconstruire son propre groupe, imminence de la compétition oblige, mieux vaut faire du réchauffé. Tant pis pour les promesses électorales du candidat élu. De toutes les façons, les promesses, en la matière n’engagent que ceux qui y croient. En décidant de faire confiance aux mêmes (presque), le coach des Etalons démontre que peu de choix existe en la matière mais aussi son option est stratégique. La meilleure façon pour lui d’éviter de se casser les dents dès sa première sortie est de ne pas trop chambarder. Par contre le coach est fortement attendu dans les vestiaires. Là, la tâche ne lui sera pas facile. Certains joueurs ne sont pas trop emballés par son arrivée. Ils n’arrivent pas à faire le deuil de Duarte. Le Belge Paul Put se doit de faire preuve de tact et de doigté pour renverser la situation et se faire un capital confiant auprès de ses joueurs afin de réussir sa mission. Selon le diagnostic du nouveau patron du foot burkinabé, des problèmes de discipline polluent les vestiaires des Etalons. Pour notre part, il y a des égos surdimensionnés au sein du onze national. Le défi est énorme pour le nouvel entraîneur. Toutes ses actions doivent être conditionnées par la recherche de l’harmonie au sein des Etalons. C’est loin d’être d’office gagné. C’est à Put de démontrer qu’il est l’homme de la situation.

 


Commenter l'article (2)